Col.fra
Accueil du site > 1- Articles > 50- Mauritanie > 1906- Taxes T - Introduction

1906- Taxes T - Introduction

jeudi 15 septembre 2011, par sbuchfr

Utilisation des timbres poste pour la taxe des correspondances Extrait du bulletin Col.fra n°26

INTRODUCTION

Le territoire de MAURITANIE a été créé par un décret du 18 octobre 1904, décret qui réorganisait le Gouvernement et l’administration de l’Afrique Occidentale Française.

L’existence postale officielle de la Mauritanie résulte de l’Arrêté n°607 du 3 juillet 1906 pris par le Gouverneur Général de l’A.O.F. portant sur l’organisation du Service des Postes et Télécommunications en Mauritanie, à compter du 1.7.1906. Il y était prévu 16 bureaux, à savoir :

• deux bureaux de plein exercice : BOGHE ayant un gérant civil ou militaire KAEDI

• quatorze agences postales installées dans les chefs-lieux de cercle ou dans les résidences : ALEG AGUIEURT BOUTILIMIT CANSADO GUIMI KHROUFA M’BOUT MOUDJERIA MAL NOUAKCHOTT REGBA SELIBABY SOUET EL MA TIDJIKDJA

Ils seront tous en service en 1906, à l’exception de Boutilimit, Khroufa, Mal, Guimi qui ne seront ouverts qu’en 1907.

A noter qu’avant la publication de l’arrêté existaient déjà les bureaux de :

• Kaedi, ouvert en 1890, rattaché au Sénégal, devenu bureau de plein exercice en 1891 à l’arrivée du télégraphe.

• Cansado, ouvert en 1905 (Cansado était le chef-lieu du cercle de la baie du Lévrier ; il disposait d’une agence postale, dénommée"Poste du Lévrier". L’arrêté du Gouverneur-Général en date du 15 août 1907 a changé son nom en celui de Port-Etienne.)

• Boghé avait un bureau de télégraphe depuis 1905 ; il devient bureau de poste en 1906.

Les agences postales devaient être transformées en bureau Au fur et à mesure de il arrivée de la ligne télégraphique. Jusqu’à cette arrivée, elles fonctionnaient (?) uniquement pour les besoins de quelques fonctionnaires ou militaires présents et de façon sporadique, occasionnelle, à l’arrivée ou au départ des convois (en principe une ou deux fois par mois)

LES TIMBRES

Jusqu’en 1906, Kaedi bureau rattaché au Sénégal utilisait les timbres de ce dernier. De même les bureaux qui pouvaient avoir existé avant l’arrivée des timbres propres au Territoire qui parurent vers mai-juin 1906, avec légende « MAURITANIE ».

Type « Faidherbe »

Faidherbe, Louis Léon César (1818-1889), général français qui fut l’un des principaux acteurs de la pacification du Sénégal à l’époque de l’expansion coloniale française. Né à Lille, Louis Faidherbe fit des études à l’École polytechnique et en sortit officier du génie. Il fut envoyé successivement en Algérie, en Guadeloupe et au Sénégal (1852) dont il devint gouverneur en 1854. Il pacifia alors le pays et y fit régner l’ordre en constituant des contingents composés d’autochtones, les tirailleurs sénégalais. Son action ne se limita cependant pas à l’aspect militaire et il contribua au développement social et économique du Sénégal, en fondant les ports de Dakar et de Rufisque, et en créant une école pour la population locale. Après un séjour en Algérie (1865-1870), il fut rappelé en France et prit, à la demande de Gambetta, le commandement de l’armée du Nord lors de la guerre franco-allemande de 1870-1871. Élu député en 1871 puis sénateur en 1879, il écrivit de nombreux ouvrages sur les territoires coloniaux (l’Avenir du Sahara et du Soudan, 1863 ; le Sénégal, 1889).

Type « Ballay »

Ballay, Noël Eugène (1847-1902), explorateur et administrateur français, né à Fontenay (Eure), mort à Saint-Louis (Sénégal). Compagnon de Brazza dans son voyage de 1875-79, il explora le pays de l’Ogooué (1880-84), délimita la frontière entre le Congo français et le Congo belge entre l’atlantique et le Stanley-Pool et étudie la vallée de Niari-Koullou (1886) puis devient Gouverneur de la Guinée française et fût l’un des premiers gouverneurs généraux et des organisateurs de l’A.O.F.

Type « Palmier »

Le palmier à huile croît en massif en A.O.F., notamment au Sénégal, au Dahomey, sur la Côte de Guinée et en Côte d’Ivoire. Cet arbre, dont la pousse est favorisée par les alluvions riches et périodiquement humide, a comme fruit des petites drupes (noix de palme) dont le péricarpe donne l’huile de palme et les graines, l’huile de palmiste utilisée pour la fabrication des bougies et des savons.

Parution des timbres ne signifie pas approvisionnement des bureaux. Il faudrait avoir vu le procès verbal de réception établi par la Mauritanie et qui doivent se trouver à l’Agence comptable des timbres-poste d’outremer à Paris. Encore faut-il considérer que, entre la réception par le Territoire, et la réception par les bureaux, un délai certain, variable avec la distance et la possibilité des liaisons, s’est écoulé (transport par voitures attelées de bœufs le long de la rive droite du fleuve Sénégal, par porteurs et par chameaux après avoir traversé le fleuve pour se trouver sur le Territoire de la Mauritanie).

Les valeurs de ces timbres correspondaient aux tarifs en vigueur en 1906 : 10 c lettre simple intérieur 25 c lettre simple étranger 35 c lettre recommandée intérieur etc...

Suite

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0