Col.fra
Accueil du site > 1- Articles > 50- Guadeloupe > Surcharges de 1903 - Etude des surcharges 2ème partie

Surcharges de 1903 - Etude des surcharges 2ème partie

samedi 24 juillet 2010, par sbuchfr

Forme 2

Cette forme a été appliquée sur les timbres de 30c, 50c et 75c pour les transformer respectivement en timbre de 5c, 15c et 1fr.

Il existe une composition du 5c/30c, deux compositions du 15c/50c et deux compositions du 1fr/75c.

On peut penser que la première forme a consommé tout les caractères « e » et « t » car ils sont remplacés par le « & » et qu’il ne reste plus assez de « G » et de « D » car il sont maintenant de plusieurs polices.

La combinatoire est donc maintenant plus importante car il y a beaucoup de différences de police avec de nombreux écartement entre le « G » et « & » et entre le « & » et « D ».

Nous pouvons recenser 27 « G & D » différents.

Différents espacements de « G & D »

n°1 : case 3, 12

n°2 : case 21 à 23, 31(1), 33, 41, 42

n°3 : case 13

n°4 : case 1

n°5 : case 31(1)

n°6 : case 11, 32, 43(1)

n°7 : case 43(1)

n°8 : case 50

n°9 : case 19

n°10 : case 9(1), 15(1), 16(1), 18(1), 19(1), 26(1), 29(1), 30(1), 34(1), 35, 40, 44(1), 45, 49(1), 50(1)

n°11 : case 16 « G & D » renversé

n°12 : case 4, 9(1), 14, 15(1), 16(1), 18(1), 19(1), 24, 26(1), 29(1), 38, 44(1), 46, 48, 49(1)

n°13 : case 34(1)

n°14 : case 30(1)

n°15 : case 5, 6(1), 20(1), 25, 39(1)

n°16 : case 39(1)

n°17 : case 6(1), 36, 39(1)

n°18 : case 39 « G & D » renversé

n°19 : case 25(1)

n°20 : case 17, 37, 47(1)

n°21 : case 47(1)

n°22 : case 7, 8, 27

Ces trois « G & D » ont des lettres très caractéristiques

n°23 : case 2 « G » déformé

n°24 : case 10 « G » creusé

n°25 : case 28 « C » au lieu de « G »

Différents « 1 fr. » sur la 1ère composition

n°1 : case 1, 11, 21, 28, 29

n°2 : case 2

n°3 : case 3, 13, 14, 22, 23, 24, 30, 32, 33, 34, 43, 44

n°4 : case 4, 31 « fr » sans le point

n°5 : case 5

n°6 : case 6, 7, 9, 16, 17, 19, 26, 27, 37, 28, 39, 46, 47, 48, 49

n°7 : case 8, 18, 36 « 1 » renversé

n°8 : case 8

n°9 : case 12

n°10 : case 42

n°11 : case 15, 25, 35, 45 « . » plus loin

n°12 : case 20

n°13 : case 40, 50

n°14 : case 41

Différents « 1 fr. » sur la 2e composition

n°6 : case 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 9, 10, 11, 12, 14, 15, 16, 17, 19, 21, 22, 25, 26, 27, 28, 31, 33, 34, 35, 37, 38, 39, 41, 42, 43, 44, 46, 47, 48, 49

n°7 : case 8, 13, 18, 23, 29, 32, 36, 45 « 1 » renversé

n°13 : case 40, 50

n°15 : case 20 « 1 » renversé

n°16 : case 24 « 1 » renversé

n°17 : case 30 « fr. » plus loin

Le nombre important de « 1 fr. » différent est du à une grande combinatoire de polices et d’espacements différents.

Il est à noter que la première composition à 14 « 1 fr. » différents pour seulement 6 sur la deuxième.

Il m’aurait paru logique dans le contexte de cette émission que la 2° soit en fait la première, mais l’étude de l’usure des caractères nous dit le contraire.

Donc la première composition contient un grand nombre de polices, alors que la deuxième contient un grand nombre de « 1 » renversés.

Composition 1

Composition 2

Nous pouvons remarquer que c’est principalement la partie gauche de la première composition qui a été modifiée pour faire la deuxième composition.

Pour chaque case est indiqué le type des « G et D » (chiffre du haut) et le type des « 1 fr. » (chiffre du bas).

Les cases de même couleur indiquent les surcharges de type identique. Les cases blanches représentent les types n’existant qu’une fois dans la composition.

Différents « 5 » sur la 3ème composition

Le chiffre 5 est de la même police dans toute la composition, mais certaines cases présentent des cassures ou des déformations

n°1 : toutes les cases sauf 6, 9, 26, 37, 46, 47

n°2 : case 6

n°3 : case 9

n°4 : case 26

n°5 : case 37

n°6 : case 46

n°7 : case 47

Pour chaque case est indiqué le type des « G et D » (chiffre du haut) et le type des « 5 » (chiffre du bas).

Les cases de même couleur indiquent les surcharges de type identique. Les cases blanches représentent les types n’existant qu’une fois dans la composition.

Composition 3

Différents « 15 » sur les 3ème et 4ème compositions

Les « 15 » se distinguent par des cassures

n°1 : case 2, 3, 4, 5, 7, 8, 10, 11, 12, 15, 16(1), 17, 19, 20, 22, 24, 27, 30, 31, 32(1), 33, 38, 39(1), 40, 41, 42, 45, 48, 49

n°2 : case 1, 9 « 1 » brisé

n°3 : case 6 « 5 » raboté

n°4 : case 13 « 1 » brisé

n°5 : case 14 « 5 » déformé

n°6 : case 16(1), 32(1), 39(1) « 15 » renversé

n°7 : case 18

n°8 : case 21

n°9 : case 23 3ème composition

n°10 : case 23 4ème composition

n°11 : case 25

n°12 : case 26

n°13 : case 47

n°14 : case 28

n°15 : case 29 « 1 » brisé

n°16 : case 34

n°17 : case 35 « 1 » usé

n°18 : case 36

n°19 : case 37

n°20 : case 43

n°21 : case 44

n°22 : case 46

n°23 : case 50

Pour chaque case est indiqué le type des « G et D » (chiffre du haut) et le type des « 15 » (chiffre du bas).

Les cases de même couleur indiquent les surcharges de type identique. Les cases blanches représentent les types n’existant qu’une fois dans la composition.

Composition 4

Composition 5

L’ordre des compositions nous est indiqué par l’usure particulière des cases 23 et 46. La première composition est celle avec les « 15 » renversé, qui ont été corrigés dans deuxième composition.

Du fait du faible tirage (602 feuilles de 50), l’usure des chiffres n’est pas très importante et rend difficile l’identification de l’ordre de tirage. Nous ne connaissons pas bien entendu les quantités respectives de chaque composition.

Identification de l’ordre d’utilisation des compositions

Il est possible de connaître l’ordre des compositions en identifiant les variations entre les compositions.

Nous comparons les écartements des lettres « G » « & » « D », puis nous affinons cette analyse par l’étude des déformations des caractères.

=> Composition 1 : YT49-1

=> Composition 2 : YT49-2

=> Composition 3 : YT45

=> Composition 4 : YT47-2

=> Composition 5 : YT47-1

Il faut remarquer que la composition présentant le plus de variétés n’est pas forcement la première imprimée, et donc que la deuxième composition n’est pas là pour rectifier une composition erronée !

Conclusion

Comme nous l’avons vu, cette surcharge a été créée non pas pour le besoin postal, mais pour remplir les poches de quelques fonctionnaires coloniaux et certaines officines privées et occasionnellement le budget de la colonie.

De ce fait, la présence de nombreuses variétés n’est pas le fruit du hasard, mais d’une volonté de fournir aux collectionneurs de multiples types à rechercher, augmentant ainsi les quantités à vendre.

En pêchant par excès, les fonctionnaires ont eu l’opposé de ce qu’il cherchait, car les marchands parisiens outrés par tant de cynisme ont boudé cette émission.

Tant et si bien que l’année suivante, ils eurent l’idée de faire une nouvelle surcharge sur les premières en augmentant d’un facteur 10 le nombre de variétés pour finir de vider ce stock d’invendu.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0